Les aléas de l'histoire

 

 La Communauté de Lyon Barbusse a été crée en octobre 1971

                                                                                                   Pourquoi ?

 

 

 Depuis 1878, les Soeurs de ND des Apôtres sont dans le quartier du Moulin à Vent. Fondée en 1876, par le Père Augustin Planque, premier Supérieur Général des Missions Africaines pour les missions d'Afrique, la Congrégation trouva à se loger à la Guillotière. Mais il fallut bientôt une maison plus vaste et mieux adaptée. C'est alors que le Père Planque acheta un terrain au Moulin à Vent, tout près de l'église des Sauterelles pour y construire ce qui sera la Maison Mère de la Congrégation.

 

 

 A cause des évènements politiques, du temps, le fondateur voulu faire de son couvent une école et il obtint l'autorisation de l'Académie de Lyon.  C'était bien,  en effet, une maison d'enseignement où les futures missionnaires poursuivaient leurs études  avant de partir en Afrique. De plus, l'école était ouverte aux enfants du quartier... Au début du siècle, les lois retirèrent aux religieuses le droit d'enseigner. La maison redevint un Couvent.

  Quand arriva la guerre de 1914,  les Soeurs décidèrent de se mettre à la disposition des hospices civils de Lyon et de la Croix Rouge Française pour l'accueil et le soin des blessés.  La maison des Soeurs était devenue 'L'hôpital 111", tandis que les Soeurs servaient comme infirmières et aides-soignantes.

 De 1939 à 1945, le quartier fut durement touché. Déjà ébauchés depuis l'installation des Soeurs, les liens de solidarités et d'amitié avec les gens du   quartier se sont encore renforcés. Vivant tant de misères et de deuils,  tous et toutes se rendaient de mutuels service et sauvaient ceux dont la vie était en péril.

 Au fil des ans, les relations s'étendent et se font de plus en plus chaleureuses.  Nombreux sont ceux qui connaissent le chemin du dispensaire ou attendent la visite de la Soeur infirmière à domicile.

 

 

 Les contacts sont nombreux autour de la Paroisse  avec les enfants du catéchisme, les jeunes et leurs  famille. Quant aux journées d'Amitié : "Ventes de Charité" autrefois, elles ont vu passer plusieurs générations d'amis des Soeurs.

 Et quand cette Maison devient trop grande et inadaptée avec le temps, avec trop de réparations et peu de possibilités de l'adapter à d'autres besoins,  il fallut envisager le départ. Une nouvelle maison d'accueil pour la Province de France fut construite à Ste-Foy-les-Lyon.

 

 

Prises d'habit et profession religieuse - mars 1956    Prises d'habit et profession religieuse - mars 1956

 

 

 

 

 

 

 

 Mais ce long passé de 90 ans est loin d'être clos !!! On ne peut briser ainsi les liens de tant d'années . 

 C'est alors qu'en 1971,  s'ouvre la maison de la rue Henri Barbusse, proche du Moulin à Vent.

Dès le mois de novembre, le dispensaire ouvre ses portes.  Les  Soeurs Faustin Sieffert, Marie Debard,  Marie Ange Chapon et Anne Marie Angst toutes infirmières composent la première Communauté de la Rue Barbusse. Puis, d'autres plus tard : Thérèse Aillery, Cécille Roisille, Augustine Bosal.  Le dispensaire est très fréquenté et les soins à domiciles  continuent pour la plus grande joie des gens du quartier.

Srs Emiliani Chapon, Faustin Siffert  et  Marie Debart

 Une autre Communauté s'ouvre rue Préssensé avec Soeurs Thérésia Calvi, Thérèse Chon, Paulette Portal, et Andrée Genty, toutes engagées au service de la Paroisse . Et cette deuxième Communauté proche permet les rencontres... et les Soeurs  infirmières sont aussi une sécurité pour cette nouvelle Communauté.

  Mais le développement du quartier et l'âge des Soeurs avançant, le dispensaire est fermé en 1990 et la maison réaménagée pour une nouvelle communauté. 

 En 1991,une nouvelle Communauté commence. Soeur Odile Hermann  est à plein temps en pastorale sur la paroisse comme catéchiste, soeurs Bernadette Laurent, Marguerite Baumer, Paulette Portal avec des occupations internes ou dans le quartier, puis d'autres  encore :  Soeurs Elisabeth Jamin, Marguerite Parageau... Mais au fil du temps, ces Soeurs doivent quitter Lyon Barbusse.

  En 1993, une autre étape pour cette communauté : Andrée Ménard et Andrée Dutel  arrivent
au 28 rue H.  Barbusse . Andrée Ménard travaille à Ste Foy au secrétariat dans la nouvelle maison provinciale, et Andrée Dutel est engagée à la Croix Rouge.

 

Soeur Odile Hermann à la Paroisse

 

 


 

 

 

 

En  2005, Soeur Andrée Ménard est hospitalisée pour une grave maladie. Claire Dutel quitte alors l'appartement et Soeur Odile Hermann est rattachée à la communauté de l'Aurore dans le 5ème. L'appartement reste vide jusqu'à l'arrivée des Soeurs Jacqueline Paterni, Denise Bousquet et Marcelle Depoisier en octobre 2006.

 

 

 

Soeur Odile Hermann reste ,elle, Rue Barbusse jusqu'en 2010. Elle a travaillé sur la paroisse 18 ans. responsable avec le prêtre de l'ensemble de la pastorale des Eglises du Moulin à Vent et de Saint Vincent de Paul, nommées Paroisse de la Miséricorde du Père

 

. En 2005, le Cardinal Barbarin souhaite mettre en place une Communauté de l'Emmanuel. Soeur Odile accepte une mission à Décines banlieue est de Lyon. Habitant  rue Barbusse elle fera, pendant 5 ans, de longs trajets pour rejoindre Décines. En 2010, elle quitte le quartier pour la nouvelle communauté de Rillieux la Pape.

 

Père Samuel Vigot Curé (37 ans Jean Baptiste Buchet (33 ans)

 

Novembre 2010: arrivée de Soeurs Christiane Tarare et Christiana Roussey. Le quartier a bien changé depuis l'ouverture ce cette maison:  Population, commerces, vie de la paroisse.

Nous essayons de continuer la présence fraternelle que nos devancières ont vécue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***************************************

 

Soeur Faustin est restée dans les mémoires du quartier

Les gens se souviennent de son dévouement et plusieurs fois, le journal du quartier a évoqué sa présence et celle des Soeurs d'autrefois.

Voici un article paru il y a quelque temps :

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×